Depuis la rentrée, presque chaque jour avec mon grand fistôn de 8ans et Madômoiselle 5ans, nous allons à l'école à vélo. Fistôn avec le sien, Madômoiselle dans la charette. Depuis la rentrée Madômoiselle me demande si elle peut y aller avec son propre vélo. J'hésitais parce que la route reste dangeureuse, même par les petites rues que nous empruntons. Mais les 12kg de charette + les 17 de la demoiselle et les tonnes que pésent son insistance, ont fini par me convaincre. Ainsi à 13h15 (pas dès le matin quand même faut pas exagérer!) nous partons tous les trois, chacun sur son vélo. J'en profite pour leur expliquer le minimum existentiel sur le code de la route, ainsi nous respectons les stop, les feux (enfin le feu). Hier justement le feu passe à l'orange juste devant nous, mais l'agent municipal qui fait traverser les enfants devant l'école nous indique de passer. Madômoiselle troublée file à toute vitesse sur le passage piéton, perd le contole de son vélo et se dirige droit vers les barièrres de sécurité. Son vélo, comme s'il avait des yeux, l'évite, mais pas elle dont la tête vient directement frapper le potau principal.

Piétons, circulation, agent municipal, fistôn, tout le monde s'est arrété, tous se sont inquiétés. Madômoiselle en pleurs se reléve et révèle qu'elle n'a rien, rien qu'une grosse frayeur. Son casque est de travers sous le choc, mais il l'a pleinement protégé.

Nous avons séché les larmes, elle est remontée sur son vélo (encore toute "émotionée") pour finir le trajet...

à vélo

à vélo1

 Morale de l'histoire :

Mieux vaut quelques moqueries (parce que l'on porte un casque ) qu'une bosse!