-Choisir une journée grise et humide avec averses régulières,

-Se vêtir de telle sorte que l'on se demande plusieurs fois dans la journée s'il ne vaudrait pas mieux mettre un jean et un pull.

-A 16h24, alors qu'il pleut des trombes d'eau, se souvenir qu'il faut aller chercher les enfants à l'école.

-Sortir avec précipitation de la maison en oubliant :

1 - d’emporter un parapluie

2 – de changer de chaussure. De toute façon tout le monde sait bien qu’il est tout à fait recommandé de conduire avec des claquettes mouillées aux pieds.

-A 16h31 se garer à la première place trouvée et là encore sortir précipitamment de la voiture. le « précipitamment est une fois encore très important, car si vous sortez normalement vous risquez de voir la grande flaque d’eau qui se trouve précisément à l’endroit où vous poserez le pied en sortant de la voiture et vous l’avancerez logiquement pour éviter la flaque.

Sortir donc précipitamment, et poser le pied gauche dans la dite flaque.

-Egoutter la claquette et le pied (et se réjouir de ne pas avoir pensé à changer de chaussures)

-Courir chercher enfant numéro 2 à la maternelle.

-Remonter sous une pluie battante avec le dit enfant jusqu’en primaire, déposer le gouter de l’enfant numéro 1 et écouter ce que l’enfant numéro 2 a à vous dire : « maman j’ai oublié mon doudou »… le premier mai étant férié et le mercredi sans école, retourner chercher le doudou.

-Effectuer le second trajet sous la pluie.

-De retour dans la voiture mettre le chauffage à fond et laisser les cheveux s’égoutter dans le cou.

-Arrivé à la maison, préparer le gouter des enfants affamés, les sécher, les changer et répondre au téléphone.

-Quand vous raccrochez, logiquement, vous êtes presque sèche, nul est besoin d’aller vous changer.

En principe, en suivant chaque étape ci-dessus décrite,  quelques heures avant l’aube vous devriez vous réveiller avec la sensation de nez qui coule ponctuée par une série d’éternuement.

Félicitations, vous avez adopté avec succès un petit virus !

sur ce je vais me coucher, il me fatigue moi ce virus!